Expositions Majeures

MASOMA,Galerie Keuko, Douala

Du 17 avril au 10 mai 2008, la galerie KEUKO a présenté pour la première fois à Douala une exposition monographique de la prometteuse Justine Gaga. Une vingtaine de toiles, toutes des productions récentes, offrent un regard sensible et critique sur des thématiques terriblement humaines, telles que la solitude, l’exil, ou encore la quête identitaire que tout un chacun traverse un jour.

 Sa démarche très contemporaine, par ses peintures, installations environnementales et vidéos, lui permet de révéler le potentiel de sociabilité de chaque espace qu’elle investit. Si son œuvre rappelle en effet le travail de Edward Hopper, le travail de Justine Gaga peut également être relié à celui d’artistes majeurs comme Bill Kouélany et Ernest Pignon Ernest par exemple

Masoma  est une invitation à partager nos solitude avec les siennes.  Une invitation à vibrer devant la beauté des formes, l’expression pure de la couleur, à ressentir une sensibilité grave, mais pleine d’espoir.

 

ArtBakery, Bonendale, Douala

 

 

MBOLO, Africréa Gallery, Yaoundé, mars 2007.

"Des personnages sur papier, suspendus dans l'espace avec à l'entrée de cette antichambre, des rideaux blancs. ces installations expliquent ou montrent cette quête identitaire que l'individu cherche en permanence. Le passage évoqué est considéré comme une vie qui s'ouvre, se ferme, commence, se termine, sous une autre.

Ces personnage schématisés, fragiles, isolés, inoffensifs, sont en situation de questionnement, sont également à la recherche d'un nouvel espace psychique de la paix intérieure. Le passage d'un lieu à un autre est toujours la recherche de cette stabilité, ce besoin de comprendre, de s'affirmer, aussi pour guérir de ses blessures."

 

 

Salutations plurielles, Centre culturel d'Enyigba, Lomé, novembre 2007

Solidarité compulsive !

 Ils sont deux et tout les sépare à priori.
L’un utilise la marche comme matériau conceptuel pour tisser ses toiles aux couleurs chatoyantes. L’autre crayonne les siennes avec l’encre de la solitude désarmante mais tout aussi colorée. L’une vit à Douala au Cameroun, l’autre à Lomé au Togo. L’une est femme l’autre est homme…
    L’une et l’autre c’est Justine Gaga et Eza Komla  
    La marche de l’un fait foule, compacte et bigarrée, batailleuse ou revendicatrice. C’est celle des migrations et des déplacements forcés des réfugiés. C’est aussi celle de l’exode rural qui propulse dans l’antre de l’ogre urbain des populations exsangues et affamées…
Et là, l’un rencontre l’autre. Car dans cette foule bigarrée en quête de salut politique, économique ou spirituel, chacun joue son destin. Le sien plus que celui de la communauté. Celui là qui s’isole pour ruminer ses peines ou réévaluer sa position trouve sa place dans la toile de Justine. Il s’y identifiera à ce personnage énigmatique, ni homme ni femme mais humain, qui hante les recoins les plus insondables, des caves de bateaux transportant les clandestins, des villes désertées de vie, d’usines acéphales et sans cœur, du monde dominé par les intérêts financiers et économiques de plus en plus gourmands…
    Mais ils sont de plus en plus nombreux, ces gueux, ces zombies errant sur la piste de nos sentiments bitumeux et de nos cœurs asséchés, humant les effluves nauséabondes des cadavres de la morale, de l’humanisme, du bien… Ils forment une foule compacte dont le cours serpente dans les ruines de nos cités, sous nos regards indifférents… Comme si cela se passait à l’extérieur de nous…
    Non ! la foule de Eza Komla ne nous est pas étrangère pas plus que ne l’est le personnage de Justine Gaga. L’agrégat des solitudes fait foule.
    Fatalement !


Goddy Leye,
Rive droite du Wouri,
Novembre 2007

 

Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à [justinegaga@yahoo.fr].
Dernière modification : 25 mai 2008.
Ce site a été réalisé avec le soutien d'ArtBakery